Garder le contact

Petit guide pratique du confiné

Chacun chez soi ... mais tous ensemble ... ou comment garder le lien et la communication sociale nécessaire à notre équilibre

Ce guide a été réalisée à partir du "petit guide pratique du confiné" de Mélanie LAFOND, Psychologue spécialisée en Neuropsychologie - Psychothérapeute en TCC - mars 2020.

Je reste en contact avec mes proches :

  • Les nouvelles technologies nous permettent de rester en contact à distance avec une grande facilité :
    • Téléphone, Emails, Messages, vidéos, …
    • Vive la technologie
  • C’est le moment d’apprendre à mamie comment installer Snapchat sur son téléphone … (à distance of course)
  • De prendre des nouvelles régulières …
  • Et d’organiser des e-apéro/goûter (skyp’apéro/ goûter)

LE CONFINEMENT ENTRAÎNE UN SENTIMENT D’ISOLATION DU RESTE DU MONDE
UN SOUTIEN SOCIAL DE QUALITÉ = UNE PROTECTION D’UNE SITUATION STRESSANTE 
(Source : Samantha & al, 2020 ; « Renforcer la résilience » de Sylvie Molenda)

J’écoute des humains :

  • J’écoute des podcasts sur divers thèmes (autre que l’actualité évidemment)
    Quelques idées :
    • Ça peut pas faire de mal
    • Les couilles sur la table (preuves de la virilité, éducations viriles)
    • 3 minutes de philo pour redevenir humain
    • Crac crac de canal +
    • Géopolitique de France inter
    • Autant en emporte l’histoire
    • LSD, France culture
    • Sur les épaules des géants
    • Mon prince à la mer …
  • La liste de podcasts pour enfants : https://taleming.com/occuper-enfants-maison-coronavirus/

ENFANT

LE CONFINEMENT ENTRAÎNE UN SENTIMENT D’ISOLATION DU RESTE DU MONDE
UN SOUTIEN SOCIAL DE QUALITÉ = UNE PROTECTION D’UNE SITUATION STRESSANTE 
(Source : Samantha & al, 2020 ; « Renforcer la résilience » de Sylvie Molenda)

Si je suis seul(e) :

  • Au moins 30 minutes de contact (téléphonie, vidéo, message) par jour
  • En évitant les personnes angoissantes (on évite l’appel à son amie Marie-Suzette, qui nous raconte qu’elle a entendu de la sœur du copain du frère de l’oncle de la mère de sa voisine, que la fin du monde était inéluctable et qu’on est tous foutu) (NB : cela est également valable pour les personnes qui ne sont pas seules)

Si je vis en famille/avec d’autres personnes :

  • Au moins 30 à 45 minutes par jour de temps SEUL, sans interaction avec les autres
  • Si je vis dans un petit espace (studio), je préviens l’autre et chacun ses boules Quies ou son casque sans s’interrompre
  • En particulier pour les parents et les aidants qui ont besoin de ces temps pour être plus à l’écoute ensuite

Si vous le souhaitez, développer l’entre-aide :

  • S’ouvrir à ceux qui sont plus fragiles et dans le besoin :
    • Se préoccuper de l’état de santé de ses voisins/proches
    • Proposer de l’aide à un voisin pour lui apporter les produits de premières nécessités
    • Mettre un mot dans l’ascenseur
    • Aller sur « mesvoisins » ou « nextdoor »
  • Mutualiser les ressources de chacun :
    • Proposer d’aller chercher le panier de fruits/légumes et le déposer devant la porte de plusieurs voisins
    • Jouer de la musique dehors (dans son jardin, sur son balcon) pour en faire profiter les voisins
    • Lancer des temps de partage : tout le monde à la fenêtre à midi pour chanter, danser …
    • Proposer de partager ses compétences

LA BIENVEILLANCE ET L’OUVERTURE AUGMENTENT LA CAPACITÉ À TRAVERSER L’ADVERSITÉ, ET REFLETENT LE MEILLEUR DE NOUS-MÊME ET DE LA NATURE HUMAINE
(Source : « Renforcer la résilience » de Sylvie Molenda)

Publier un commentaire

Besoin d'aide ?

N'hésitez pas à prendre contact avec un conseiller Acoris Mutuelles :