Être AIDANT, un engagement au quotidien

Actualités santé

En France, 11 millions de personnes viennent en aide à un proche handicapé, âgé ou malade.
53% des aidants ont une activité professionnelle.
Parmi eux, 42% sont salariés.

Enfant, conjoint, parent, ami, l'aidant est une personne qui aide un proche.
Ce terme regroupe une pluralité de relations, de situations, de formes d'aide et de difficultés.

On appelle AIDANT une "personne qui vient en aide à titre non professionnel, pour partie ou totalement, à une personne dépendante de son entourage, pour les activités de la vie quotidienne. Cette aide régulière peut être prodiguée de façon permanente ou non. Cette aide peut prendre plusieurs formes" selon la Confédération des organisations familiales de l'Union Européenne.

Concilier aide, vie familiale et vie professionnelle

Les diverses tâches réalisées par les aidants demandent du temps, beaucoup de temps. Ainsi les aidants qui sont en activité doivent jongler entre leurs obligations personnelles et professionnelles.
Dans le Code du travail, trois types de congés existent et permettent d'avoir le temps de s'occuper d'un proche :

  • pour les salariés qui assistent un proche en fin de vie, le congé de solidarité familiale (trois mois, renouvelable dans la limite d'un an sur l'ensemble de la carrière),
  • pour ceux qui s'occupent d'un enfant handicapé, le congé de présence parentale (310 jours ouvrés maximum sur une période de 3 ans),
  • pour ceux qui accompagnent un membre de leur famille dépendant, le congé de soutien familial (trois mois, renouvelable sur une période allant jusqu'à 6 mois).

Des conséquences sur la santé

Isolement, fatigue, manque de temps, la santé des aidants est fragile et n'est pas toujours leur priorité.
Aider un proche a bien un impact sur la santé.
S'engager aux côtés d'un proche suppose généralement d'y consacrer beaucoup de temps. L'aidant peut parfois être débordé au point de ne plus avoir de temps pour soi. Il suffit pourtant de peu de choses pour s'aérer l'esprit : faire des pauses, mieux s'organiser, planifier ses loisirs, déléguer, rompre l'isolement ...

Un statut de "proche aidant"

En France, la législation évolue petit à petit grâce à la mobilisation de différents acteurs qui ont mis la thématique des aidants sur le devant de la scène. La loi relative à l'adaptation de la société au vieillissement, prévoit la reconnaissance du statut de "proche aidant" ainsi que la création d'un "droit de répit" permettant aux aidants qui accompagnent les personnes en grande perte d'autonomie de prendre un temps de repos en finançant l'accueil de la personne aidée dans une structure adaptée à ses besoins.

Cette mesure est un premier pas vers une prise en compte des problématiques des personnes aidées et des personnes aidantes.

 

Publier un commentaire

Besoin d'aide ?

N'hésitez pas à prendre contact avec un conseiller Acoris Mutuelles :