Témoignages SOIGNANTS

Le Rire Médecin

Témoignages d'une psychologue clinicienne et du Professeur Chastagner sur le rôle des clowns du Rire Médecin auprès des enfants malades à l'hôpital.

EN BREF

  • témoignage d'une psychologue clinicienne
  • témoignage du Professeur Chastagner
  • soutien du Rire Médecin auprès des enfants malades
  • professionnalisme des clowns du Rire Médecin

Témoignage d'une psychologue clinicienne

Malika DESTRACQUE fait partie du chemin des jeunes patients et de leur famille.
Elle les écoute, les accompagne et les aide à sa façon à surmonter les obstacles. Malika est psychologue clinicienne.
Le relationnel, elle connaît bien. Et à la relation entre les clowns et les enfants, elle adhère. Sans réserve.

« Les clowns sont indispensables, incontournables car ils font partie intégrante du paysage de nos services pédiatriques. Ils sont bénéfiques pour les enfants,  des milliers de témoignages pourraient en attester. Ils ramènent par leur présence un peu de l’univers de l’enfant dans un service empreint de douleur, de souffrance, d’angoisse de la mort. La réalité est là. Mais ils créent une bulle d’oxygène, ils provoquent une suspension du temps. Je suis toujours épatée par la magie qui opère à leur arrivée. Et ils sont là pour les parents, pour les enfants et pour les soignants. C’est vraiment thérapeutique à plus d’un titre !
De plus, ce que j’apprécie dans le travail des clowns du Rire Médecin, c’est leur professionnalisme. Leur travail ne se résume à des numéros d’improvisation. Nous avons eu l’occasion de travailler ensemble sur différents thèmes : la place du clown auprès de l’enfant, le soin palliatif chez l’enfant, etc. J’ai pu constater qu’ils étaient vraiment très à l’écoute du comportement, des indices de conduite pour rectifier leur jeu.
Ils osent engager beaucoup d’eux-mêmes dans ces rencontres. Oui, je suis très fière d’eux. Et non, on ne peut certainement plus imaginer le quotidien à l’hôpital sans les clowns».

 

Témoignage du Professeur Chastagner

Rencontre avec le Professeur Pascal CHASTAGNER, Chef du service d’onco-pédiatrie à l’hôpital d’enfants de Brabois.

« La présence du Rire Médecin à l’hôpital est essentielle. Cela change par exemple toute la configuration d’une salle d’attente où une quinzaine de parents sont dans l’angoisse et leurs enfants dans la peur d’avoir leur piqure.
Une fois les clowns passés, l’ambiance est complètement transformée. Il y a une diversion dans l’angoisse et donc les soins. De même, les entretiens se passent mieux avec les parents et les enfants. Et dans les services, c’est la même chose.
En tant que soignants, nous avons eu un peu de mal au départ à les accepter parce qu’il nous semblait que cela ne faisait pas sérieux dans un endroit où rôde la mort, il faut dire les choses telles qu’elles sont . Puis tout le monde s’y est mis, et les a acceptés. Désormais, ils sont partie prenante dans l’équipe. Ils ne font pas que les clowns, ils sont clowns hospitaliers professionnels. Ils se rapprochent du personnel soignant pour connaître l’état des enfants et adaptent leurs interventions en fonction des indications qu’on leur a données. Et cela, c’est vraiment formidable.
Nous souhaiterions quantifier d’un point de vue scientifique les bienfaits apportés par les clowns. On peut imaginer des études sur des enfants  lors de soins douloureux avec la présence des clowns ou non. Nous avons les moyens de coter la douleur. Les résultats de ces études auraient pour but de diminuer les traitements servant à atténuer la douleur.
Par exemple, lors de ponctions lombaires, il aurait possibilité de réduire la dose de morphine utilisée dans ces cas comme antalgique.
On ne peut donc que souhaiter dans nos services la présence des clowns pour la gaieté et la bonne humeur qu’ils apportent mais également pour leurs vertus thérapeutiques ! ».

Publier un commentaire

Besoin d'aide ?

N'hésitez pas à prendre contact avec un conseiller Acoris Mutuelles :