Journée mondiale contre les hépatites 2017

Actualités santé

Dans le monde, 400 millions de personnes sont infectées par les virus de l'hépatite B ou C, soit 10 fois plus que le nombre de celles qui vivent avec le VIH.
La Journée Mondiale contre les Hépatites (JMH), le 28 juillet, joue un rôle dans la lutte pour l'élimination des hépatites virales d'ici 2030.
Chacun d'entre nous a le pouvoir d'encourager un réel changement dans la prévention de la maladie, l'accès au dépistage, le traitement et les soins.

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) invite les pays à prendre rapidement des mesures pour améliorer les connaissances sur la maladie et développer l'accès aux services de dépistage et de traitement. 
Aujourd'hui, seule une personne sur 20 sait en effet qu'elle a une hépatite et seulement une sur 100 est traitée.

N'oublions pas qu'il existe un vaccin contre l'hépatite A et un vaccin contre l'hépatite B.

L'HÉPATITE, C'EST QUOI ?

L'hépatite virale est une inflammation du foie provoquée par un virus. Il y a 5 virus de l'hépatite, que l'on appelle A, B, C et D.

HÉPATITE A

  • Transmission : En général, l'hépatite A est causée par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par les matières fécales d'une personne infectée. Elle peut également être contractée par la consommation de mollusques ou de crustacés provenant d'eaux contaminées par les égouts. 
  • Prévention : Il existe un vaccin contre l'hépatite A. Son traitement dans un délai de quelques semaines après l'exposition au virus est par ailleurs susceptible d'engendrer une immunité à court terme. Il est possible de réduire les risques liés à l'exposition au virus en adoptant une bonne hygiène, de bonnes pratiques sanitaires et en évitant de boire de l'eau provenant d'une source potentiellement à risques.
  • Traitement : Sachant que le virus de l'hépatite A ne provoque que l'hépatite aiguë, l'organisme est souvent en mesure de vaincre l'infection par lui-même en quelques semaines. Cependant, les infections de type A peuvent parfois causer davantage de complications.

HÉPATITE B

  • Transmission : L'hépatite B se transmet lors de l’exposition au sang ou à d’autres liquides biologiques (c'est-à-dire la salive, le sperme ou le liquide vaginal) d'une personne infectée. Elle peut être transmise d'une mère à son enfant pendant l'accouchement.
  • Prévention : Il existe un vaccin en mesure de prévenir l'infection. Si vous n'êtes pas vacciné, il est conseillé pour réduire le risque d'exposition d'utiliser des préservatifs et d'éviter de partager les seringues ou autres articles tels que les brosses à dents, les rasoirs ou les coupe-ongles avec une personne infectée. Il est en outre recommandé d'éviter les tatouages ou piercings corporels réalisés par des établissements non agréés.
  • Traitement : Des médicaments tels que l'interféron, le péginterféron ou différents agents antiviraux sont disponibles : ils ralentissent la multiplication virale et permettent parfois une rémission. Les enfants nés d'une mère infectée par l'hépatite B doivent par ailleurs être vaccinés dans un délai de 12 heures après la naissance, car cela peut prévenir une infection qui évolue généralement vers une hépatite B chronique.

HÉPATITE C

  • Transmission : L'hépatite C est principalement transmise par le contact sanguin. Dans de rares cas, elle peut se transmettre par certaines pratiques sexuelles et lors de l'accouchement.
  • Prévention : Il n'existe pas de vaccin contre l'hépatite C. Il est donc impératif de réduire le risque d'exposition en évitant de partager les seringues et autres articles tels que les brosses à dents, les rasoirs et les coupe-ongles avec une personne infectée. Il est en outre recommandé d'éviter les tatouages ou piercings corporels réalisés par des établissements non agréés.
  • Traitement : Le traitement de l'hépatite C chronique vise à éradiquer le virus. Il implique souvent l'association de péginterféron et de ribavine, et il est fait un usage croissant de puissants agents antiviraux directs, avec ou sans interféron. Les personnes de génotypes différents réagissent différemment au traitement, certaines mieux que d'autres

HÉPATITE D

  • Transmission : L'hépatite D se transmet par le contact avec du sang infecté.
  • Prévention : L’hépatite D touche uniquement les personnes déjà infectées par le virus de l’hépatite B. Il est conseillé aux personnes qui ne sont pas déjà infectées par l'hépatite B de se faire vacciner. Pour réduire l'exposition, évitez de partager les seringues et autres articles tels que les brosses à dents, les rasoirs et les coupe-ongles avec une personne infectée. Il est en outre recommandé d'éviter les tatouages ou piercings corporels réalisés par des établissements non agréés.
  • Traitement : L'état des personnes infectées peut s'améliorer grâce à l'administration d'interféron alpha, cependant aucune thérapie antivirale efficace n'est actuellement disponible pour l'hépatite D.

HÉPATITE E

  • Transmission : En général, l'hépatite E est causée par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par les matières fécales d'une personne infectée. Elle peut également être contractée par la consommation de mollusques ou de crustacés provenant d'eaux contaminées par les égouts. 
  • Prévention : Il existe actuellement un vaccin pour prévenir l'hépatite E, mais il n'est pas disponible partout. Il est possible de réduire les risques liés à l'exposition au virus en adoptant une bonne hygiène, de bonnes pratiques sanitaires et en évitant de boire de l'eau provenant d'une source potentiellement à risques.
  • Traitement : Il n'existe pas de traitement pour l'hépatite E. En revanche, ce virus est généralement auto-limitant.

Publier un commentaire

Besoin d'aide ?

N'hésitez pas à prendre contact avec un conseiller Acoris Mutuelles :